CONCOURS-PERSONNEL-DIRECTION.FR

Préparer le concours de chef d'établissement. Des ressources pour le dossier, pour l'épreuve écrite ou pour l'entretien avec le jury.


Les conseillers principaux d'éducation (CPE). Point de vue de chef d'établissement

Publié par Jean-Marc ROBIN sur 18 Avril 2021, 17:13pm

Les conseillers principaux d'éducation (CPE). Point de vue de chef d'établissement

Cet article - version enrichie d'un extrait de notre ouvrage Au coeur de l'Ecole - s'adresse prioritairement aux candidats au concours de personnels de direction, il pourra aussi intéresser les conseillers principaux d'éducation et les étudiants qui préparent le concours de CPE. 

Jean-Marc ROBIN

***************************************

Les conseillers principaux d’éducation sont les conseillers au quotidien du chef d’établissement pour la politique éducative. Mais les différends peuvent être nombreux, ils sont liés soit au positionnement et au style professionnel des CPE, soit au cadrage des missions par les chefs d’établissement. La majorité des personnels de direction sont d’anciens professeurs et n’ont ni connaissance du travail concret de leurs collègues ni expérience du fonctionnement d’une vie scolaire. Parce que tous les CPE ne se projettent pas comme futurs personnels de direction, leur investissement professionnel devrait être davantage reconnu et leur mobilité associée à une meilleure rémunération selon la complexité du poste.

Aux origines du métier de CPE on trouve les surveillants généraux (1847) qui « parvenaient à cette fonction à la suite d’un emploi de maître répétiteur après cinq d’ancienneté et (…) cela pouvait déboucher in fine sur un poste de censeur ». Plus de cent ans plus tard, en 1970, la création des CE/CPE[1] marque un tournant dans un contexte marqué par la massification de l’Ecole et la remise en cause d’une société patriarcale. Les conseillers d’éducation « s’affirment en tant que groupe professionnel autonome revendiquant une autre conception du métier plus tournée vers la relation, l’animation et le suivi individuel que le répressif » (Cadet, Causse, Roche, 2007).

Facilitateurs ou obstacles

Les chefs d’établissement font un constat : les conseillers principaux d’éducation peuvent être soit des facilitateurs qui épousent la politique des personnels de direction, soit des obstacles qui freinent le changement par leur inertie ou leur obstruction. Les liens avec les CPE sont rarement simples car leur statut les place dans un entre-deux ; ils sont les conseillers techniques du chef d’établissement pour la politique éducative et, à ce titre, membres de l’équipe de direction, mais travaillent aussi au quotidien avec les professeurs façonnés par une culture de méfiance de la hiérarchie. Les CPE doivent faire un choix : soit accepter leur identité de cadres solidaires d’une politique qu’ils ont contribué à élaborer, soit affirmer une identité d’éducateurs autonomes à l’instar des enseignants. Le corps est traversé par ce clivage et par les projections professionnelles individuelles. En effet, les CPE qui envisagent de passer le concours auront tendance à se rapprocher des personnels de direction - on parle alors de socialisation anticipatrice -, ceux qui ne l’imaginent pas ou qui y ont renoncé se rapprocheront de leurs collègues enseignants, au moins pour une raison simple : les chefs d’établissement sont toujours de passage dans les établissements publics locaux d’enseignement (EPLE) quand une majorité d’enseignants reste.

Entre ces deux options, il existe une position intermédiaire : être pragmatique et « faire au mieux » avec son chef et avec ses collègues, c’est finalement la position la plus fréquente. Les CPE savent en effet que toute organisation a besoin « d’un patron », capable de définir une politique d’établissement ambitieuse, capable de garantir l’ordre scolaire et de réguler, au besoin, les pratiques des enseignants. Finalement, cette posture inconfortable peut devenir un atout et les CPE un peu expérimentés l’ont parfaitement compris : s’appuyer et travailler avec la direction c’est aussi une façon « d’absorber » une charge de travail qui augmente avec le développement des problématiques d’ordre scolaire, de transmission des valeurs républicaines, d’absentéisme ou de décrochage.

[Pour lire la suite, vous devez télécharger librement l'article qui est relativement long : 6 pages et 12 minutes de lecture]

 


[1] Les conseillers d’éducation (CE) exerçaient en collège et LP, les CPE en lycée. L’unification du corps débute aux débuts des années 1990.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Articles récents