CONCOURS-PERSONNEL-DIRECTION.FR

Préparer le concours de chef d'établissement. Des ressources pour le dossier, pour l'épreuve écrite ou pour l'entretien avec le jury.

L'oral du concours de personnel de direction, le moment de vérité

Publié par Jean-Marc ROBIN sur 7 Mars 2020, 10:59am

L'oral du concours de personnel de direction, le moment de vérité

L’oral du concours, c’est le « moment de vérité » car les évaluateurs vous font face, et même si les membres du jury seront courtois, il ne s’agira pas d’une conversation entre gens de bonne compagnie mais bien d’une épreuve. Donc attendez-vous à être mis à l’épreuve.

Comme au théâtre, il faut soigner son entrée. Vous devez donc travailler votre exposé et respecter scrupuleusement sa durée (15 minutes). A ce stade, on n’attend que vous reveniez rapidement sur votre parcours professionnel, que vous expliquiez pourquoi vous êtes candidat, comment vous vous êtes préparé et surtout quelles sont, désormais, les compétences ou les qualités qui vous permettront d’être rapidement opérationnel. Le fil conducteur de votre exposé c’est l’adéquation entre votre profil et celui attendu par l’Institution. Il faut donc savoir ce qu’on attend, aujourd’hui, d’un chef d’établissement, rencontrer des personnels de direction est une exigence. Pour conclure votre exposé, en fonction de votre parcours, vous pouvez dessiner les grandes lignes d’un projet professionnel. L’ambition n’est pas un défaut, il faut seulement exprimer ses objectifs sans arrogance.

A ce stade, le principal écueil c’est de décrire dans le détail des activités sans lien avec le métier de chef d’établissement. Le second c’est de dérouler un propos sans relief, sans exemples probants, sans parler des enjeux actuels de l’Ecole, sans références à l’actualité, aux réformes en cours ; c’est encore de rester enfermé dans son ancien territoire, son métier et sa culture professionnelle. Votre argumentation doit être solide et s’appuyer sur un vocabulaire maîtrisé, le jury vous demandera de préciser le sens des notions ou des termes que vous avez mobilisés, ne donnez surtout pas le bâton pour vous faire battre !

Après cette phase d’explicitation de votre exposé, vous pouvez vous attendre à trois grands types de questions :

-des questions de connaissance sur le fonctionnement d’un établissement scolaire (instances, acteurs, ressources, organisation, le pilotage, la communication, etc) et sur le système éducatif français (caractéristiques, les inégalités, les réformes) mais aussi sur la pédagogie, le numérique, le processus d’orientation, l’accompagnement des élèves, la place des parents et la vie scolaire (règlement intérieur, valeurs de l’Ecole, etc).

-des questions-problèmes pour évaluer votre capacité à réfléchir et à proposer des solutions à court, moyen ou long terme. « Exemple, depuis la rentrée de septembre, c’est la troisième bagarre qui éclate dans l’établissement, les représentants des parents sont inquiets, ils envisagent d’écrire au journal local que faites-vous ? » ou encore « Un professeur de mathématique est absent de façon régulière, les délégués des élèves de terminale sont venus vous trouver, que faites-vous ? ».[1]

-des questions « personnelles » pour cerner votre personnalité, vos projets ou pour vous bousculer un peu, pour vous obliger à prendre position et à vous affirmer. « Pensez-vous être un leader ? », « Etes-vous mobile ? », « Peut-on diriger des professeurs quand on a été CPE / Psy-EN / Prof des écoles ? », « Pourquoi notre Institution devrait-elle vous faire confiance ? », « Le chef d’établissement est-il un manager ? », « Que pensez-vous de la réforme du lycée ? », « Fallait-il assouplir la réforme du collège de 2016 ? », etc.

Donc attendez-vous à être titillé, gardez votre sang-froid, jouez la carte de la sincérité. Argumentez et ne servez pas une soupe tiède qui laisse pense que vous êtes obnubilé par l’envie de plaire et que vous manquez de courage et de carrure. La sincérité, la confiance en soi, la force de conviction, l’attention aux autres (élèves, personnels ou parents) sont des qualités attendues. Et n’oubliez pas : le chef d’établissement c’est un décideur mais il doit s’appuyer sur les équipes et mobiliser l’intelligence collective.

L’oral du concours – pour l’instant – est à mi-chemin entre une épreuve académique (car il faut avoir des connaissances suffisamment solides sur l’Ecole, le système éducatif et la pédagogie) et l’entretien d’embauche, là il s’agit de convaincre le jury que son profil psychologique (y compris ses valeurs) est ajusté à la fonction de personnel de direction. Si plusieurs types de personnalité peuvent convenir, il faut clairement en écarter d’autres !

 

[1] Nous travaillons à la réactualisation de notre ouvrage « 20 situations-problèmes » qui avait connu un certain succès auprès des préparationnaires. Sortie prévue : fin mars 2020.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Annick Patche 26/03/2020 01:51

Merci ! Une aide précieuse .

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents