CONCOURS-PERSONNEL-DIRECTION.FR

Préparer le concours de chef d'établissement. Des ressources pour le dossier, pour l'épreuve écrite ou pour l'entretien avec le jury.

Pour une pédagogie de l'égalité des chances

Publié par Concours personnel de direction sur 9 Décembre 2018, 14:21pm

Pour une pédagogie de l'égalité des chances

La prévention de l'échec scolaire doit se faire d'abord en classe. (...) Paradoxalement, faute d’une connaissance suffisante des acquis de la Recherche, ce sont les professeurs qui sont les moins convaincus de « l’effet maître » sur les apprentissages parce qu’ils surestiment l’impact du capital scolaire des parents sur la réussite des élèves.

La lutte contre le décrochage scolaire se gagne d’abord en agissant sur les élèves à risque, et cela suppose une puissante mobilisation collective. La proportion d’élèves en difficulté - hors éducation prioritaire - peut représenter 10 à 20 % des effectifs d’un collège. Pour un établissement de 300 élèves, il s’agit d’accompagner pas moins de 60 élèves. Pour un collège « 500 », le nombre va grimper à 100, soit l’équivalent de plus de 3 classes de 30 élèves, c’est considérable ! On comprend pourquoi la prévention de l’échec scolaire doit se faire d’abord dans la classe.

 

L’évolution des pratiques pédagogiques, qu’elles concernent les pratiques d’enseignement ou les pratiques d’évaluation, est le véritable enjeu. Les professeurs doivent s’engager dans une véritable pédagogie de l’égalité des chances en ne sous-traitant ni les apprentissages, ni les devoirs aux familles. Cela suppose d’abord de s’attaquer à la difficulté scolaire en classe en s’appuyant sur la pédagogie différenciée ou la pédagogie coopérative par exemple, cela passe par limiter le travail écrit à la maison de façon drastique et faire les révisions en classe pour préparer les contrôles (évaluations formatives), s’assurant ainsi que chaque élève dispose d’un minimum de connaissances ou compétences pour réussir.

Donner du travail noté à la maison revient, nous le savons, à creuser les écarts. Une meilleure gestion du groupe et du temps permet de travailler et d’évaluer en classe. Les programmes peuvent être lourds mais c’est à l’enseignant de faire des choix, on peut consacrer à un point du programme une demi-heure ou trois heures. Un dernier chiffre brisera toute illusion : les lycéens déclarent travailler en moyenne 59 minutes jour, un tiers d’entre eux moins de 30 minutes. Les élèves ne sont pas prêts à renoncer aux écrans pour laisser plus de place aux devoirs ou aux recherches.

 

En fixant comme objectif que les devoirs doivent être faits à l’Ecole, l’objectif du ministre est pertinent mais on devrait toutefois préciser « en classe avec chaque professeur qui les donne » ! Le dispositif « devoirs faits » ne suffira pas car il faut aussi déconstruire des habitus professionnels bien ancrés et des attitudes fatalistes vis-à-vis de l’échec scolaire. Paradoxalement, faute d’une connaissance suffisante des acquis de la Recherche, ce sont les professeurs qui sont les moins convaincus de « l’effet maître » sur les apprentissages parce qu’ils surestiment l’impact du capital scolaire des parents sur la réussite des élèves.

 

Texte est extrait de Quatre études de cas pour préparer le concours de personnel de direction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

David 09/12/2018 16:51

Y'a qu'à.. faut qu'on.. " Les professeurs [...] doivent s’engager dans une véritable pédagogie de l’égalité des chances en ne sous-traitant ni les apprentissages, ni les devoirs aux familles". Plus facile à dire qu'à faire quand depuis plusieurs années, réforme après reforme, on réduit le nombre d'heures d'enseignement dans toutes les disciplines (la réforme du lycée à venir le cache à peine) et en parallèle on empile les injonctions sur les enseignants pour prendre en charge plus de dossiers transversaux, le tout en maintenant la formation continue à la portion congrue ou en la réduisant à la seule "animation" des IA-IPR qui ne sont pas - plus vraiment des praticiens de la pédagogie...

Concours personnel de direction 09/12/2018 20:10

La forme scolaire est en crise sans aucun doute mais l'Ecole n'a pas besoin de plus d'heures de cours mais de mieux d'heures de cours. Mais, posez-vous la question, pourquoi les réformes s'enchaînent ? Une explication n'est-elle pour éviter les routines professionnelles... avec, bien sûr, le fait que les élèves ont changé comme leur rapport aux savoirs. Il faut cesser de penser qu'on ne peut rien changer dans sa classe ou dans son établissement, certains le font et (re)trouvent le plaisir d'enseigner... Je ne dis pas que c'est facile (j'ai été prof pendant 17 ans) mais on peut aussi (sans attendre une instruction ministérielle ou de son IPR !) faire bouger les choses, l'innovation pédagogique et organisationnelle est possible...il y a beaucoup d'autocensure et de conformisme chez les profs comme chez les perdirs ! Il faut retrouver le goût du travail en équipe et assumer des choix... vous avez raison... on ne peut pas tout faire !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents